Genre Francisella

 

GENRE FRANCISELLA

→  petits coccobacilles G -, limite de la visibilité, AS, oxydase -,  catalase + , capsulés

** QUIZ → TEST TES CONNAISSANCES AVANT OU APRES : ICI  **

Espèce type : Francisella tularensis → Agent de la tularémie.
Francisella tularensis sous espèce tularensis (ou type A) de classe 3 retrouvé en Amérique du Nord.
Francisella tularensis sous espèce holartica (ou type B) de classe 2, cosmopolite.

♦ HABITAT :
→ Responsable d'épizooties. Transmise essentiellement par voie cutanée : contact avec le sang ou les organes d'un animal malade.
Même à travers d'une peau saine. Par morsure, et rarement par ingestion de viande mal cuite. Absence de traitement. Elles sont pathogènes pour :

- animaux sauvages : essentiellement les rongeurs (Lapins, lièvres maj) → Sepsis mortel pour ces animaux.

- animaux domestiques : bovin, ovin, equin, canin, félin

- oiseaux et invertébrés : mouches et tiques qui servent de vecteurs entre les animaux.

♦ PATHOLOGIES : Tularémie

→ Anthropozoonose (sepsis chez l'animal) à déclaration obligatoire en France reconnue comme maladie professionnelle dans le cadre du régime agricole.
Avec
2 à 10 jours d'incubation, avec tableau pseudo-grippal : fièvres, asthénie, céphalées, myalgies, arthralgies. Différentes formes cliniques :

→ TULAREMIE ULCERO-GLANDULAIRE = Forme la plus typique (70% des cas)
- Developpement d'une papule au niveau du site d'inoculation cutanée évoluant vers un escarre d'aspect inflammatoire. L'ulcère se developpe, devient noirâtre et s'accompagne d'une adénopathie satellite inguinale chez l'adulte, cervicale chez l'enfant. Dans 5 à 10% des cas, la lésion cutanée est inapparente = Forme glandulaire.  

→ AUTRES FORMES PLUS RARES :
• Tularémie oro-pharyngée (4% des cas) :
developpe après ingestion de produits mal cuits, soir par l'intermédiaire de mains sales après nettoyage d'une carcasse d'animal infecté.
Se caractérise par une pharyngite exsudative avec une adénopathie cervicale, parfois des lésions ulcéreuses intestinales, des douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées.
•Tularémie pulmonaire  (14%des cas) : due à l'inhalation de la bactérie ou apparaître par voie hématogène (atteint 10-15% des patients souffrant d'une forme ulcéro-glandulaire : 50% des patients souffrant d'une forme typhoïdique). Elle se caractérise par une toux, dyspnée, douleur pleurale.
• Tularémie typhoïdique : il n'y a pas de lésion ni d'adénopathie. Fièvre, symptômes neurologiques (delire, prostration), choc endotoxinique.
→ complications possibles : méningite, hépatite, ostéomyélite, endorcardite.....

♦ DIAGNOSTIC :
• prélevements : pus lésions cutanés, biopsie glandulaire, expectorations, sérum prélevé systématiquement : précocement puis 3-4 semaines.

• morphologie : examen direct peu positif

→ petits coccobacilles G-, limite de la visibilité, non sporulés, immoiles.
→ Seuls les agents de la tularémie sont capsulés.
→ Aérobies Stricts, oxydase - , catalase +

• isolement : bactérie exigeante
MILIEU DE FRANCIS :
Glucose, cystine, sang . Incubation de 2-4jours à 37°C sous CO2.
→ ou Gélose chocolat PolyViteX ou gélose BCYE pour Legionnella.
/!\ Bacterie très contagieuse de classe 3 : doit être manipulée en labo de type P3 (lunettes, gants, PSM...)
Culture étant très lente, voire négative (sensibilité < 25%) peu intéressante pour le diagnostics.

♦ DIAGNOSTIC INDIRECT :
Sérologie : Habituellement utilisée pour confirmer le diagnostic de la tularémie.
Techniques : ELISA, immunofluorescence indirecte, macroagglutination .
Les Ac apparaissent après 2 semaines. Le titre est maximal après 6 à 8 semaines Francisella tularensis est très immunisante, les Ac persistent plusieurs
années après une primo-infection. La sérologie doit donc être réalisée à 15 jours d'intervalle. Si le titre est multiplié par 4, la maladie peut être considérée.

♦ TRAITEMENT :
Aminosides sont les ATB de choix. Vaccin avec souche atténuée vivante existe mais pas commercialisé en France.
Prophylaxie non vaccinale : éviter tout contact avec les animaux susceptibles d'être infectés et les tiques.


Francisella Francisella culture 

Ajouter un commentaire