LES AMIBES

 

AMIBIASE

 

Affection cosmopolite du péril fécale → trouble intestinaux / hépatiques

 

♦ AGENT PATHOGENE

Amibe : Entamoeba histolytica → 3 Formes

2 Formes végétatives :

  • forme minuta ( 12-15µm) mobile dans un seul sans : agent infestant

  • forme histolytica (20-30µm) hématophage : agent pathogène

1 Forme kystique (12-14µm) 4 noyaux : agent de transmission

 

♦ CYCLE PARASITAIRE

  • cycle non-pathogène : les kystes se transforment dans l’intestin en forme minuta. Celle-ci va se multiplier par scissiparité et aboutit à la formation de kystes éliminés avec les selles.

  • cycle pathogène : certaines conditions ( hôte ou de l'amibe) entraînent la formation des amibes en formes histolytica. Leur taille s’accroît et la division est rapide. Les tropozoïtes hématophages adhèrent à la muqueuse intestinale du colon et libèrent des cytotoxines et des enzymes protéolytiques qui lysent la muqueuse intestinale. Apparaît une ulcération en bouton de chemise de la paroi colique ainsi que l’émission de mucus et de sang. La dissémination d'Entamoeba histolytica conduit à une septicémie amibienne avec colonisation du foie. Ceci évolue en chronicité avec présence de masse paracolique inflammatoire.

  • Contamination par les mains sales : aliments souillés par selles contaminées.

 

♦ DYSENTERIE AMIBIENNE

incubation : asymptomatique pendant des années. Simple colite à la dysenterie nécrotique

Phase d'état : 1 à 4 semaines : colite douloureuse + épreintes + ténesmes. Diarrhées muco-sanglantes = crachats-fécaux.

Évolution : complication si abs de traitement

  • hémorragies, occlusions, amibiases intestinales chronique post-amibienne

  • amibiase viscérale

  • fièvre 38-39°C, sueurs nocturnes + douleur de l’hypocondre droit irradiant en bretelle

 

♦ DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE L'AMIBIASE

Recherche par examen coprologique

  • Aspect macroscopique des selles important : diarrhéiques et muco-sanglantes

  • Examen direct sur selles fraîches sur plaque chauffante à 37°C

  • Enrichir la préparation par une technique de concentration, flottation (Faust) ou de sédimentation (Richie)

  • fixer les selles dans un solution de colorant (éosine) et de formol MIF ( analyse morphologique détaillée des amibes → TRANSPORT + CONSERVA°)

  • la mise en culture permet de multiplier les trophozoïtes

 

♦ MORPHOLOGIE : Trophozoïte d'Entamoeba histolytica

  • A l'état frais : protozoaire 20-30µm : emet petit pseudopode hyalin se déplace dans une direction déterminée. Noyau non visible. Cytoplasme finement granuleux + vacuoles. Si présence d'hématies = hématophage. Si intra-amibienne : valide diagnostic

  • Au MIF : observation du noyau. 3-8µm membrane fine. Caryosome central petit et rond.

♦ MORPHOLOGIE : Kyste

  • A l'état frais : double coque bien réfringente + corps cristalloïdes, incolores, réfringents. 4 noyaux max

  • Au MIF : sur un fond rouge : kystes bien visible. Corps cristalloïdes, cytoplasme et vacuoles legerement brunes et noyau caractéristique et dessiné.

 

Entamoeba histolytica

 

♦ DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL : shigellose et amibiase : selles identiques

Problème E.dispar (non-pathogène) : technique de PCR employant amorces spécifiques permettent de distinguer aisément les deux espèces à conditions d'avoir isolée la souche en culture. Ou avec coffret employant un Ac monoclonal.

 

♦ DIAGNOSTIC DE L'AMIBIASE VISCERALE :

NFS : Discrète leucocytose

Bioch : Bilirubine + PAL ↑ reste normal

Immuno : recherche Ac est + dans 91/98% des cas. Immunofluorescence indirecte, ELISA et agglu de particule de latex.

 

Parasitologie : examen du liquide couleur chocolat issue d'une ponction ou d'un drainage d'un abcès hépatique. PCR dans le pus : 100% de certitude quant au diagnostic.

 

 

 

TECHNIQUE D'ENRICHISSEMENT

 

Permet : éliminer les résidus des selles qui gênent l'observation et concentrent les éléments parasitaires souvent présents en faible quantité dans les selles dans un faible volume ce qui facilite leur recherche.

 

♦ METHODE DE FLOTTATION = FAUST (modifiée)

Principe : après clarification de la selles par centrifugation, le culot est mis en suspension dans une solution de sulfate de zinc plus dense que les éléments parasitaires qui se concentrent en surface.

 

Technique :

  • délayer environ 5 g de selles dans une passette avec de l'eau du robinet

  • centrifugé à 2,500 t/min pdt 45secondes

  • décanter le liquide surnagent , reprendre le culot avec un jet de pissette

  • centrifugé et décanter comme la première fois

  • remettre le culot en suspension dans la solution de sulfate de zinc ( densité 1,180)

  • centrifugé

  • ajouter goutte à goutte de la solution de sulfate de zinc jusqu'à l'obtention d'un ménisque convexe en haut du tube

  • attendre 12 minutes

  • prélever la surface avec le centre d'une lamelle

  • poser sur lame préparée avec une goutte de lugol double

  • lire au µscope

→ Forme végétatives détruites, kystes se rétractent à la longue, œufs d'Ascaris et douves ne montent pas. Complétée par Kato ou MIF

Ajouter un commentaire